BASSIGNEY se plaint 1789

   création : 03/10/2018

 

                                              BASSIGNEY en 1789

 

     Quelques chiffres: 75 feux, 351 habitants,

                                  16 charrues, 41 chevaux, 168 bœufs et vaches

     Le 21 du mois de mars 1789

   « Monseigneur de Clermont-Tonnerre, Abbé du monastère de St Pierre de Luxeuil, Seigneur de Bassigney ne possède aucun fond dans ladite commune mais il retire de la rivière qu'il amodie (1) cent livres chaque année et pour trente livres, quinze sols tant pour taille que pour le voyage de Vaivre et de Mailley ce qui fait cent trente cinq livres quinze sols.

   De plus ledit Seigneur Abbé est dans l'usage de prélever toutes les années une poule pour chaque feu de la dite communauté depuis le jour de la fête de Noël jusqu'au Carême. La communauté étant composée d'environ 75 feux à 12 sols chaque poule ce qui fait 39 livres.

   Les dits habitants se plaignent envers ledit Seigneur Abbé

   1°/ La condition mainmortable où sont les sujets dudit Seigneur Abbé lesquels gémissent dans la misère et le besoin avec leurs biens, que sans enfants,ils ne peuvent ni vendre ni engager qu'après en avoir obtenu le consentement du dit Seigneur Abbé à prix d'argent

   2°/ De plus, les dits habitants forment plainte envers ledit Seigneur Abbé de ce qu'il ne prélève point lesdites poules dans les temps susdits même qu'il les laisse quelques années pour les lever plusieurs pour chaque feu à la fois.

   3 °/ Que ledit Seigneur ou ses fermiers font payer à ladite communauté pour le voyage qu'elle doit faire de Mailley pour Luxeuil du vin ou vendange dudit Seigneur Abbé lequel chaque année de vendange ou non font payer 9 livres à la communauté.

   4°/ Les Révérends Pères Bénédictins, possèdent en propre 39 journaux et demi de terre labourable avec 11 faux et une voiture de prés lesquels sont amodiés pour 400 livres chaque année.

   Lesdits Seigneurs Bénédictins retirent par chaque année du moulin et du four qu'ils ont amodiés par acensement à ladite communauté pour 32 quartes de blé pour le moulin et 28 quartes aussi de blé pour le four lesquelles estimées à 6 livres la quarte pour 360 livres.

   Lesdits Révérends Bénédictins retirent de ladite communauté annuellement un cens de 40 livres. Enfin, ils retirent par chaque année sur plusieurs particuliers qui ont mis en prés des terres labourables environ 14 livres.

   Lesquels revenus ci-dessus des susdits Révérends Pères Bénédictins se montent chaque année à la somme de 1200 livres.

   Les habitants se plaignent desdits seigneurs décimateurs bénédictins pour n'avoir rien fourni comme ils y sont obligés dans la bâtisse d'une nouvelle église que les habitants ont été obligés de faire ce qui a coûté 5 000 livres à la communauté.

   S e plaignent en outre les dits habitants que lesdits Révérends Pères Bénédictins ainsi que les autres décimateurs ne fournissent point aux ornements nécessaires dont ils tenus à ladite église.

   Enfin, les habitants se plaignent de ce que l'acensement qu'ils ont fait du moulin est trop cher à la communauté puisque s'il leur survenait quelque grande mortalité ou autres accidents, il leur serait impossible de pouvoir satisfaire de remplir leurs engagements.

   La communauté est redevable envers les révérends Pères Bénédictins de 4 corvées par année ( trois corvées de charrue et une de moisson )

   Monsieur le Commandeur Seigneur de La Villedieu retire le huitième ou environ des dîmes de la communauté amodiée à 100 lires.

   Monsieur l'Abbé des religieux Bernardins de Clairefontaine retire aussi le 1/8 des dîmes de la communauté amodiée à 80 livres.

   Monsieur le Curé de Conflans retire environ les 1/18° des dîmes de la communauté amodiée à 40 livres.

   Les habitants se plaignent de ces trois décimateurs et de ne savoir pourquoi leur bien passe ainsi à des étrangers à eux inconnus et dont ils ne reçoivent aucun bienfait.

   Monsieur le Curé de Bassigney demeurant à Dampierre possède audit Bassigney 11 journaux de terre labourable et 2 faux de pré amodiés pour 160 livres. Ledit sieur Curé retire le quart des dîmes soit environ 200 livres. De plus, outre les bons deniers, il fait payer à la communauté pour chaque année 30 livres par corvée, 20 livres pour le logement et pour le pain et le vin de messe 6 livres ce qui fait 56 livres. Les bons deniers à 5 sols par ménage peuvent se monter à 16 livres par année.

   Se plaignent lesdits habitants dudit Sieur Curé qui exige des habitants plusieurs voitures de bois qu'il leur fait donner.

   Enfin , la communauté se plaint d'un de ses habitants qui tient un colombier rempli de pigeons qu'il ne tient enfermés en aucune saison ce qui dévastent les semailles.

   Le Seigneur Abbé de Luxeuil retire pour le droit de passage sur la rivière 2679 livres qui surpasse de beaucoup les impôts que retire Sa Majesté de la communauté.

   Qu'il serait bien plus à propos et avantageux pour lesdits habitants que les susdits revenus restent à la communauté dont elle a si grand besoin que de passer dans des mains étrangères, ils en meubleraient et orneraient leur église qui est toute nue.

   4°/ Enfin que la rivière qui passe à Bassigney cause un grand préjudice à la communauté par les débordements dont il n'y a guère d'années qu'elle ne gâte les herbes en les terrassant ou entraînant les foins quand ils sont fauchés. Elle dégrade beaucoup d'héritages et elle emporte souvent le sol des terres qui sont sur les bords...

   Il serait nécessaire qu'il y eût un curé pour Bassigney et Bourguignon attendu que les revenus seraient suffisants pour l'entretenir.et que ceux de Dampierre (2) les surpassent pour l'entretien du leur.... Mais encore que Dampierre est éloigné d'environ une lieue, mauvais chemin et la moitié de forêts épaisses avec des ruisseaux qui en temps de pluie débordent et de nuit sont très périlleux ce qui est cause que plusieurs personnes meurent sans être munies des derniers sacrements de l'Eglise... 

    1. amodier : louer

    2. Bassigney et Bourguigon les Conflans étaient rattachés à la paroisse de Dampiere les Conflans.

Note : *Depuis 1312, l'abbé de Luxeuil était le seul seigneur de Bassigney mais le Commandeur de la Villedieu ( ordre de Malte) qui y avait une annexe, l'Abbé de Clairefontaine et le curé de Conflans y prélevaient aussi les dîmes. En 1789, les habitants de Bassigney étaient toujours mainmortables.

* Jean Louis Aynard de Clermont-Tonnerre fut le dernier abbé de Luxeuil.

sources : Extraits du Cahier de doléances de Bassigney (Archives Départementales de Haute Saône)

Nouveau dictionnaire des communes (SALSA 1969)

Ajouter un commentaire