CONFLANS.les mines de fer

création:07/01/2016

dernière mise à jour : 10/12/2017

                          

                                          LES MINES DE FER

                    à CONFLANS et BRIAUCOURT...

 

 

     A partir de 1829, l'exploitation de carrières à ciel ouvert plus ou moins importantes s'était développée particulièrement à Conflans et ses envrons . Il fallait alimenter l'usine de Varigney.

     Le 29 octobre1832 par une ordonnance de Louis Philippe une concession minière est accordée à Jussey au profit de MM. Balthazard et Gaspard Mougenet et de MM Galaire et Patret propriétaires du fourneau de Varigney.

     A Conflans, l'extraction s'est faite d'abord à ciel ouvert puis en souterrain à partir de 1829.

     Le 8 décembre 1834, ils bénéficiaient d'une concession de 6 kilomètres carrés sur les communes de Conflans et Briaucourt. C'était en fait une régularisation donc l'exploitation existait déjà depuis plus de 30 ans .

 

Les hauteurs de Conflans recèlent une couche de fer hydroxydé oolitique ( en gros grains, grosseur d'un œuf ). Le minerai qui en était tiré donnait à la fusion 22 % de fonte

     En 1834, deux puits servaient à l'exploitation souterraine. La galerie souterraine d'une largeur de 1,60 m et d'une hauteur de 1,30 m avait « été allongée tant à l'est qu'à l'ouest avec des puits d'extraction et d'airage tous les 100 m.... »

L'extraction s'est arrêtée peu avant 1870.

     En ce qui concerne Briaucourt, on notait au lieu dit « En Valmougie » des constructions à usage d'abris pour les 'tireurs de mines' et pour les animaux de trait ainsi que des dépôts de minerais. On trouvait encore il y quelques années (peut être encore de nos jours) des traces de fouilles dans les champs. Un lieu dit ' En Mineraie ' garde encore la mémoire de cette exploitation.

     « L'exploitation de Jussey fournissait un minerai beaucoup plus riche que celui des environs de Varigney. »

     A Calmoutier, on trouvait un gisement abondant du même minerai qu'à Conflans ainsi qu'un minerai pisiforme ( allongé en forme d'os)

 

sources : La nouvelle revue franc comtoise (N° 49,1973)

Nouveau dictionnaire des communes (SALSA 1970)

 

                  CONCESSION DE LA MINE de CONFLANS

 

      Le 16 mars 1833, Amédée Thierry, Préfet de Haute Saône, informe le public que MM Galaire et Patret, maîtres de forges demandent la concession de la mine de fer hydroxidé-oolitique de Conflans qu'ils ont exploité pendant plus de trente ans pour les besoins de leur haut fourneau de Varigney, d'abord à ciel ouvert, et dans ces derniers temps par travaux souterrains réguliers. L'étendue superficielle de la concession demandée est de six kilomètres carrés quarante six hectares, quarante six ares.

Les limites :

« Au nord, par deux lignes droites allant, l'une d'une girouette située sur la partie occidentale du bâtiment d'un moulin appartenant à M. l'abbé Petit qui se trouve sur la rivière la Lanterne, commune de Briaucourt, à un poirier sauvage situé à mille mètres environ O-N.O dudit moulin dans un champ que possède M. Laurent Cuny, au lieu dit le Haut de Molière, commune de Briaucourt et l'autre de ce poirier à une girouette située sur la partie méridionale de la maison d'habitation de l'usine de Varigney en la prolongeant jusqu'à sa rencontre avec la Semouse, et par le cours de la dite rivière jusqu'à l'angle sud ouest d'un pré appartenant à M. Patret qui se trouve près du confluent de cette rivière et du Plané.

A l'ouest par le cours du Plané à partir dudit angle sud ouest du pré de M. Patret jusqu'à un coude qu'il forme à quatre cents mètres environ au nord du clocher de Conflans, en se dirigeant vers l'ouest et sur le bord duquel se trouve un pied de bois d'aune (*) et par deux lignes droites allant du pied de bois d'aune au clocher de l'église de Conflans et l'autre de ce clocher à la culée voisine de l'angle sud-est du pont qui se trouve sur la Lanterne au sud de Conflans.

Au sud : par une seule ligne droite dirigée à peu près vers le levant et allant de ladite culée du pont à un cerisier situé auprès d'un coude de la Lanterne dans un pré appelé Pré-Mollon, à peu de distance du pâtis communal de Briaucourt.

A l'est enfin, par deux lignes droites allant, l'une dudit cerisier du Pré-Mollon au point le plus élevé de la montagne dite des Roches de Briaucourt et de l'autre , de ce point à la girouette du moulin de M. l'Abbé Petit, point de départ.

Les demandeurs.... offrent aux propriétaires des terrains compris, dans les limites précitées, une rétribution annuelle de cinq centimes par hectare, sans préjudice des indemnités qu'ils se soumettent à leur payer pour les dégâts que pourront occasionner les travaux d'exploitation.... »

 

 aune : aulne , autre nom du verne.   

sources : La Nouvelle revue franc comtoise (N° 49,1973)

                Nouveau dictionnaire des communes (SALSA 1970)

 

La concession minière de Varigney sur les communes de Conflans et Briaucourt  en 1834

 

Concessions minieres 001

'(Archives Départementales Haute Saône)

 

Ajouter un commentaire

 
×