CUVE

 

                     

                                                  C U V E

 

     Le nom vient du latin « Cupa » ( coupe, cuve) sans doute en raison de la forme du terroir.

     La citation la plus ancienne date de 1277 à l'occasion d'un échange de propriétés entre Isabelle d'Anjeux, fille de Gérard de Chaide et le seigneur de Passavant. Mais la fondation du village est sans doute antérieure à cette date. On trouve aussi, en 1301, une cession de propriétés par Alix, fille de Guyemant de Champey qui donne à l'Abbaye de Luxeuil toutes ses propriétés de Cuve. 

 

     Cuve faisait partie de la Terre de Saint Loup dépendant de la puissante famille de Faucogney qui était aussi Vicomte de Vesoul.

     En 1286, à la suite d'un partage entre leurs enfants, Héloïse de Joinville et Jean de Faucogney attribuent la Terre de Saint Loup à leur fils Jouffroy qui prend le titre de Sire de Saint Loup.

     Cuve constituait un arrière fief. La seigneurie était partagée entre l'Abbaye de Luxeuil, le Commandeur du Temple de La Villedieu en Fontenette et un seigneur laïc qui en 1619 était Antoinette de la Jonchère épouse de Christophe de Villey.      En 1624, le seigneur était Jean Ferdinand de Villey, de 1726 à 1750 Nicolas Huot de Charmoille qui était aussi seigneur de Pusey. En 1789, à la révolution,la seigneurie était détenue par Simon Gabriel Huot de Charmoille.

Le prieuré St Pancras de Fontaine les Luxeuil avait aussi des possessions à Cuve.

     En raison de sa situation frontalière, du XIII° au XV° siècle, la Terre de Saint Loup passa alternativement du Comté de Bourgogne ( Franche Comté) qui a appartenu au Saint Empire romain Germanique, au Royaume de France, au Duché de Bourgogne puis à nouveau au Saint Empire Romain Germanique et pour finir à l'Espagne, au Comté de Bar qui faisait partiel, de la Lorraine, alors indépendante.

     Les limites indéterminées de états firent l'objet de nombreuses contestations et exactions entre les comtois et les lorrains dont les populations eurent à souffrir.

     Pour mettre fin à cette situation, après la défaite du Duc de Bourgogne, Charles le Téméraire devant Nancy en 1477 et la réunion provisoire de la Franche Comté à la France par Louis XI, on décida de surseoir à la décision de souveraineté sur un certain nombre de villes et villages qu'on appela «  terres de surséances » ( St Loup, Fontaine, Francalmont, Bouligney, Corbenay, Aillevillers, Cuve, Mailleroncourt, Betoncourt, Jasney, Alaincourt, Fougerolles)

     Cette situation fut bénéfique pour certains habitants de ces villes et villages qui pouvaient commercer avec les états voisins et pratiquer la contrebande.

     Cette surséance dura jusqu'à la conquête de la Franche Comté par Louis XIV. En 1679, le Roi de France fit prendre possession de la Terre de Saint Loup et des villages en surséance par l'Intendant de Franche Comté et les réunit à cette province d'une manière arbitraire puisque le Traité de Nimègue qui mettait fin à la Guerre de Hollande en 1678 avait été conclu entre la France et l'Espagne ne concernait donc pas la Lorraine.

     Cette annexion par la force des armes fut ratifiée le 25 août 1704 par le Traité de Besançon (1) entre Louis XIV et Léopold Duc de Lorraine qui fixa les limites définitives des deux états.

     Depuis cette date, Cuve faisait partie du Bailliage d'Amont qui pour une grande part devint, en 1790, la Haute Saône.

     La population a évolué au cours des siècles :

En 1614, Cuve comptait 27 ménages.

En 1789, 74 feux, 343 habitants, 23 charrues, 58 chevaux et 143 bœufs et vaches.

385 habitant en 1815, 507 habitants en 1846 ( le nombre le plus élevé des recensements), 345 habitants en 1861, 335 habitants en 1881, 268 habitats en 1906, 169 habitants en 1936, 119 habitants en 1962, 122 habitants en 1968, 114 habitants en 1982, 153 habitants en 1999, et 152 habitants en 2015.

(1)  Le traité de Besançon a permis de régler la situation des villages en surséance entre la Franche Comté et la Lorraine depuis le XVI° siècle. Il fut signé par Louis de Bernage, Intendant de Besançon au nom de Louis XIV et Charles de Sarrazin, Conseiller d'état au nom de Léopold 1° Duc de Lorraine et de Bar. Ce traité comprend 14 articles partageant tous les villages concernés . Par exemple Fougerolles est attribué à la France et le Val d'Ajol à la Lorraine.

     Le traité est ratifié par Louis XIV le 15 septembre 1704 et par Léopold 1° le 20 octobre 1704. Il est enregistré par le Parlement de Besançon le 8 janvier 1705 et par la Cour souveraine de Lorraine le 23 avril 1705.

 

   sources : Archives communales de Cuve

                   Archives départementales de Haute Saône

                  Dictionnaire des communes de H aute Saône ( SALSA)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire