DAMPIERRE, 14 juillet An VIII

création : 24/01/2016  

  

                 FETONS LE 14 JUILLET de l'AN VIII ( 1800)

 

    La Loi du 3 nivôse an III prescrivait que l'anniversaire du 14 juillet 1789, jour de conquête de la liberté sur le despotisme, serait célébré dans toute la République.

L'arrêté du Préfet en date du 26 prairial An VIII ( 15 juin 1800) a fixé l'organisation des manifestations.

« Article 1er

    Le 24 messidor prochain, la fête du 14 juillet sera annoncée à la nuit tombante, dans cette commune, par une salve d'artillerie ou de mousqueterie et au son de la caisse et de la cloche de la commune

Article II

    Le 14 juillet au lever du soleil, elle sera encore annoncée de la même manière.

Article III

    A 9 heures du matin dudit jour, les autorités constituées de ladite commune, avec tous les citoyens composant la garde nationale se réuniront au temple où les lois et arrêtés y seront lus et un discours sera prononcé à la célébration de la fête ; un Te Deum y sera chanté en action de gr âces pour remercier le Très haut d'avoir rendu nos armées triomphantes et avoir préparé le chemin de la Paix.

Article IV

    A 3 heures du soir, tous les citoyens de la garde nationale de la commune se réuniront dans un lieu champêtre où chacun d'eaux jettera 6 boules au but qui y sera déterminé pour concourir au gain d'un mouton couvert de rubans. Celui qui aura abattu le plus de quilles aura le mouton et recevra du maire une branche de laurier pour prix de son adresse, et en cas de concurrence les citoyens qui auront abattu le plus de quilles tireront par une nouvelle abattue et les deux, qui au soleil couchant auront le plus de quilles des concurrents recevront un nombre égal pareillement chacun, une branche de laurier en service de leur adresse et se partageront le prix, et dans le cas où un seul citoyen abattrait l plus de quilles, lui seul aura le prix.

Article V

    Toutes les fenêtres de ladite commune seront illuminées dans la soirée dudit jour où des danses et des jeux seront célébrés.

Article VI

    Toutes les familles seront invitées à se réunir dans un banquet pour célébrer l'auguste et manifester par leur allégresse le triomphe de nos armées et l'heureuse expectative d'une paix prochaine.

   Ce quinze messidor An VIII, la présente sera de suite lue et publiée au moins dix jours à l'avance afin que chaque citoyen en soit averti »

 

14 juil 1

  

Le 14 JUILLET , FETE NATIONALE

 

    Le 14 Juillet c'est bien entendu l'anniversaire de la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789. mais aussi et peut être plus le souvenir de la « Fête de la Fédération » le 14 juillet 1790, moins connue mais plus fête d'unité nationale.

     Cette fête  a réuni au Champ de Mars près de 100 000 participants représentants de toutes les provinces Au centre un autel de la Patrie d'où le Roi Louis XVI, La Fayette au nom des gardes fédérés, Charles de Bonnay, Président de l'Assemblée au nom des députés tous présents, Talleyrand, encore évêque, entouré de 300 prêtres prêtent serment à la Constitution.

 

14 juil 2 la Fête de la fédération 14 Juillet 1790

Cette belle union, malheureusement, ne durera pas. Elle fut brisée en particulier par la fuite du Roi à Varennes au printemps 1791.

Le 14 juillet ne fut pas toujours date de fête nationale.

Sous la monarchie c'était le retour de  la St Louis, le 25 août, jusqu'en 1793.

De 1793 à 1799 , le 1° vendémiaire, anniversaire de la proclamation de la République.

De 1800 à 1806, le 14 Juillet

De 1806 à 1814, la St Napoléon , le 15 août sous Napoléon 1°

De nouveau la St louis sous la Restauration 1815 -1830

En 1849, le 4 mai , anniversaire de la proclamation de la 2° République

1852-1870 retour à la St Napoléon sous le second Empire de Napoléon III

C'est la 3° République qui en 1800 « adopte le 14 juillet comme jour de fête nationale annuelle ».

Pour faire l'unité des députés on commémore le 14 juillet 1789 mais bien plus le 14 juillet 1790 .

On décide de fêter cette date avec des défilés militaires, des fêtes populaires, des feux d'artifice ...

 

14 juil 3

 

Le DRAPEAU TRICOLORE

 

    Pour fêter le 14 juillet , jour de fête nationale, on pavoise avec le drapeau tricolore. Mais quelle est l'origine de ce drapeau ?

    Sous la royauté le drapeau est blanc avec des fleurs de lys. C'est l'emblème des rois de France .

    Le drapeau tricolore est né, les premiers temps de la Révolution , de la réunion des couleurs bleu et rouge de la ville de Paris et du blanc royal en signe de l'alliance de la monarchie et du peuple. Ces trois couleurs furent d'abord réunies en cocardes.

La Fayette raconte dans ses mémoires que 3 jours après la prise de la Bastille , il obligea le Roi Louis XVI qui se rendait à l'Hôtel de ville de Paris, à porter la cocarde tricolore.

A l'automne 1790, l'Assemblée Constituante décida que tous les vaisseaux français, qu'ils soient de guerre ou de commerce, porteraient un pavillon tricolore à trois bandes verticales.

Ce n'est que le 27 pluviôse An II ( 15 février 1794 ) que la Convention Nationale décrèta que « le drapeau sera formé des trois couleurs nationales disposées en bandes verticales, le bleu sera attaché à la gaule du pavillon, le blanc au milieu, et le rouge flottant dans les airs... »

Le drapeau tricolore disparaît au retour de la monarchie de 1814 à 1830 pour le drapeau blanc.

 

Il redevint définitivement emblème national depuis Louis Philippe en 1830.

 

la MARSEILLAISE

 

    Pas de 14 Juillet sans l'hymne national «  la Marseillaise »

C'est encore un souvenir de la Révolution de 1789 qui a marqué notre histoire .

En 1792, Claude Joseph Rouget de Lisle, officier français en poste à Strasbourg, compose dans la nuit du 25 au 26 avril, « le Chant de guerre pour l'armée du Rhin ».

    Ce chant est repris par un groupe de marseillais qui ont participé à Paris à l'insurrection des Tuileries le 10 août 1792. d'où le nom de  Chant des marseillais puis Marseillaise.

Il est déclaré « Chant national » le 14 juillet 1795.

Interdit sous l'Empire et la Restauration, il est remis à l'honneur en 1830 et adopté définitivement comme hymne national par la 3° République.

 

 

Ajouter un commentaire

 
×