Décès Henri BARRET.1941

création: 27/11/2017

 

 

                          Décès de Henri BARRET ( 20 novembre 1941)

 

     Le Commandant Henri BARRET, Officier de la légion d'Honneur, Croix de guerre 1914, président de l'union des catholiques du canton de Vauvillers, maître de forges à Varigney, conseiller municipal de Dampierre et adjoint délégué pour Varigney, s'est éteint à Varigney le 20 novembre dernier.

     Ses obsèques ont eu lieu en l'église de Dampierre en présence de tout le personnel des usines de Varigney, de la plupart de ses enfants, et d'une très nombreuse assistance qui, malgré les difficultés de communications actuelles, avaient tenu à rendre un dernier hommage à l'homme très connu et très vénéré qui, après une brillante carrière militaire et grand mutilé de guerre, avait pris la direction des usines de Varigney et s'y était dévoué pendant de nombreuses années.

     Au cimetière, Monsieur GIRARDOT, doyen des employés de l'usine, prononça le discours ci-dessous, qui mieux que nous ne saurions le faire, retracera pour le public la noble figure et la belle carrière du disparu.

     « Au nom des employés et ouvriers des usines de Varigney, je viens apporter un bien humble mais sincère hommage à notre très bon et très regretté patron, Monsieur Henri BARRET.

     Les anciens se souviennent encore du jeune officier de chasseurs, si gai, plein d'attrait qui entrait dans la vieille famille de chez nous, en épousant la très douce, très bonne, très chrétienne, Mademoiselle Jeanne NICOLAS.

     C'est un riche passé de saine gloire, de hautes traditions et de vertus familiales que Monsieur BARRET recueillait en venant à nous.

     Ce passé, il a su le continuer, y ajoutant à son tour son empreinte féconde, homme de tradition, la famille ouvrière était devenue pour lui une extension de sa propre famille. Il aimait les ouvriers, les intéressait, aux grands événements de sa maison, prenait part à leurs peines, à leurs joies, encourageant la jeunesse féconde, consolant et aidant la vieillesse fatiguée.

Homme de travail et de décision, calme et patient, il réalisa rapidement toutes les améliorations possibles pour le développement et la production, avec le moindre effort, ménageant par là les forces de l'ouvrier.

     Grâce à son labeur persévérant, à ses veillées, l'usine ne connut ni grève, ni chômage.

     Homme de dévouement jusqu'au sacrifice, pendant la grande guerre, Monsieur BARRET fut le modèle du soldat. Ses belles citations, sa Croix de guerre, la Légion d'honneur, ses blessures, son sang versé, sont des témoignages au-dessus de tout éloge.

Nous n'oublierons jamais qu'aux jours les plus sombres de notre histoire, séparé des siens, il est resté au milieu de nous pour nous réconforter par sa présence et son sang froid. A tous, il laisse l'exemple d'une vie chrétienne, vaillante et généreuse, et d'une fin plus chrétienne encore.

     A Madame BARRET, si douloureusement éprouvée, à ceux qui noblement continuent l'oeuvre de celui qui n'est plus, à ses enfants, à ses gendres, à ses petits enfants, présents ou éloignés par le malheur du temps, nous offrons notre respectueuse sympathie et nos condoléances émues.

     A celui que nous pleurons avec eux, nous disons notre reconnaissance profonde et l'adieu de la terre. »

     Article de l'EXPRESS de L'EST (Novembre 1941)

 

sources : Bibliothèque Nationale de France

     

Ajouter un commentaire