Le mariage au XVIII° siècle

création : 26/11/2017       

                                       LE MARIAGE au XVIII° siècle

 

 

     Au XVIII° siècle , Dampierre comme la plupart des villages était habité essentiellement par des personnes tournées vers les activités agricoles : laboureurs , manouvriers, journaliers, pâtres, vignerons, distillateurs... , des artisans :tisserand, tailleur de pierres, charron, menuisier, cordonnier, couvreur, couturière... quelques bourgeois , rentiers... Tous étaient catholique et pratiquants pour l'immense majorité.

 

     Le mariage était une cérémonie religieuse ( le mariage civil n'existait pas ). En France, depuis l'ordonnance de Villers-Cotterêts de François 1° en 1539, le curé du village est tenu de tenir un registre des baptêmes, puis l'ordonnance de Blois en 1579 y ajouta les mariages et décès. Ce dispositif a eu du mal de se mettre en place mais il fonctionnait au XVIII° siècle.

La Lorraine suivit l'exemple . Le plus ancien registre paroissial de baptêmes, mariages, décès de Dampierre date de 1703. Y en avait-il eu avant la guerre de dix ans et auraient-ils été détruits avec l'église ? C'est le décret de l'Assemblée Nationale du 20 septembre 1792 qui impose la tenue des registres d'état civil par les mairies.

 

     Dans le milieu agricole , en particulier chez les propriétaires terriens , les mariages étaient souvent arrangés par les familles afin de ne pas trop disperser les terres par héritage. On a souvent des alliances familiales . Par exemple dans le contrat de mariage Cachot/Mantrand de 1756, on s'aperçoit que Jean Claude Marie est cité comme oncle de Jean François Cachot mais aussi de Jeanne Claude Mantrand... Ils étaient donc de familles proches...

 

     Quand se mariait-on ?

 

     Une étude a été réalisée par Guy Jean Michel sur les communes de Plancher Bas et Plancher les Mines , étude qui peut être transposée aux autres communes .

     Le mois de mariage :

     Environ la moitié des mariages avaient lieu au courant des mois de janvier, février et novembre. Pratiquement pas de mariage en mars et décembre. Le reste se répartissant assez régulièrement entre les autres mois .

     Les raisons de ces différences :

     Les mois de mars et de décembre sont les« temps prohibés » des périodes de carême ( 40 jours avant Pâques) pour mars et de l'avent (quatre semaines avant Noël) pour décembre . Pendant ces périodes, on ne se mariait que par nécessité absolue et avec une dispense religieuse.

     Les 3 mois choisis en priorité ( janvier , février, novembre) précédaient les périodes interdites, et correspondaient à des moments de moindre activité agricole et aussi aux périodes où l'on a tué le cochon qui permettait de confectionner les copieux et longs repas de noces.

     On évitait la période des gros travaux , fenaison, moisson, labours de printemps et d'automne.

     Le jour de mariage

     Les jours privilégiés étaient le lundi , le mardi ( plus de la moitié des mariages avaient lieu un mardi) et le dimanche Plus de 8 mariages sur 10 ont lieu ces 3 jours.... Le vendredi était quasiment éliminé en raison de l'abstinence imposée par l'Eglise… Le mariage du dimanche est en diminution au cours du XVIII° siècle car l'Eglise voyait d'un mauvais œil les festivités nuptiales qui ne correspondaient guère à l'idée de prières ( les vêpres par exemple) du dimanche...

 

 

sources : Quand se mariait-on ? ( Guy Jean Michel)

 

Ajouter un commentaire

 
×