Le Planey (1857)

 

   

                                                                LE PLANEY

     « A deux kilomètres de Saint Loup, vers le sud-ouest, au pied d'une colline gracieuse et boisée, se trouve la source du Planey, l'une des plus curieuses de France. C'est un gouffre d'environ cent mètres de tour et d'une profondeur inconnue, d'où jaillit une telle abondance d'eau à quelques mètres de son point d'émergence, elle met en mouvement un moulin à plusieurs tournants. A six kilomètres de la source, Le Planey va se confondre avec la Sémouse et L'Angronne (*) réunies, après avoir prêté ses eaux à l'usine de Varigney, un des plus riches hauts-fourneaux du département. Dans tout son parcours, il est assez fort pour porter bateaux.

     Ses brochets, ses truites, ses énormes écrevisses à pattes rouges sont fort recherchés des gourmets.

     L'eau de cette petite rivière ne gèle jamais, même dans les hivers les plus rigoureux. Elle offre constamment quelques degrés de température au-dessus de celle des rivières environnantes, preuve qu'elle vient d'une plus grande profondeur, et tous les ans à l'époque des grandes chaleurs, elle déborde, inondant au loin la plaine, phénomène attribué à la fonte des neiges dans les montagnes des Vosges, avec lesquelles doit exister quelque communication souterraine... »

(*) : L'Augronne s'appelait l'Agroigne en 1311.

     sources : Bains de Luxeuil ( P.J. Chapelain) 1857 (Bibliothèque Nationale de France)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire