VARIGNEY,arpentement,1708

création :07/01/2016

 

  ARPENTEMENT de LA GRANGE de VARIGNEY

                                 1708

 

«  La Grange de Varigney proche Conflans, dépendant de l'abbaye de Clairefontaine, a été arpentée dans toute l'étendue de son terrain, à la réquisition du très révérend seigneur Messire Etienne Renoux chanoine de l'Eglise collégiale de St Paul à St Denis en France, abbé commandataire dudit Clairefontaine et de M. Dom Nicolas Petit commissaire de ladite abbaye et du très révérend M.de Flavigny comme aussi du sieur Dele Maignin de Faverney capitaine et Juge en la dépendance de ladite abbaye pour être dans les intérêts dudit seigneur Abbé, ainsi qu'il fut délimité par Claude Bavard et ses officiés les quatorze quinze et seize de may et le onzième de juin l'an mil sept cent huit, à Jean Mareschal d'Amance qui en a fait l'arpentement, et comme le très révérend sieur Dom Claude du Bois, est arrivé à la dite abbaye Prieur d'icelle, il ordonne d'en former un plan réglé à l'échelle de proportion, à la réserve du grand pré de seize fauchées 150 verges situé sur le finage de Conflans, au droit du pont de Varigney descendant, n'étant pas encore en état, pour ce sujet, il sera compris dans les terres labourables.

Auprès de la grange sont les jardins potagers, et dès la dite grange tirant au midi, il y un renvers partie en friche appelé les 'Vieilles vignes', à raison qu'il y en avait et pour n'y en avoir aucune apparence, je les comprendrai dans les terres arrables de friches étant proche du champ de la chambre au fer dépendant dudit territoire.

Les prés qui se peuvent faucher présentement tant bons que médiocres se montent à environ cinquante neuf fauchées comprenant le grand pré de la grange qui n'est pas compris dans le plan.

Le bois est de la contenance de nonante neuf arpents cent octante verges, au levant il confronte le pré de la 'Combe-au-lay', à sa partie qui est peuplée de chênes, au midi les champs de la dite grange, couchant et septentrion, les terres arrables de Dampierre y ayant une fontaine de ce côté qui sert de limite.

Les quetilles, les sillons, proches le 'praro' et le 'praro' même je les comprends dans les terres arrables attendu qu'on les change de nature, toute l'étendue du finage de ladite grange tant en champs, prés, bois qu'autrement est de cinq cent quarante neuf arpents cent sept verges le tout avec ce qui est sur le finage de Conflans se monte à 566 arpents 166 verges et le chemin compris, à deux cent cinquante verges l'arpent au pied du pays de Lorraine déduisant sur cette quantité d'arpents l'ile proche le moulin et le pré joignant le pré Jacques et tout le pré de la 'Combe-au-lay', le bois , les friches et les trois chemins, il y a environ trois cent quarante huit arpents de terres labourables, le tout sauf erreur et selon les connaissances que j'ai eues dudit terrain par Claude Bavart, Jean Nicolas Gonam et Gérard Vatin fermier de ladite terre, à l'orient, ce finage joint la rivière du Plané, sa partie du midi qui est la 'Chambre au fer' et du côté de Conflans, la limite m'a paru incertaine attendu que les fermiers m'ont dit qu'on usurpait un bout de cette partie du couchant joint l'étang et le ruisseau de l'étang de 'Champonnet', la partie qui tient de l'occident et septentrion confronte les terres arrables de Dampierre....

Achevé ce quinzième juin mil sept net huit »

signé : Jean Mareschal

 

sources : Archives communales de Dampierre les Conflans

l'orthographe a été respectée

 

Les mesures de surface :

1 arpent de Lorraine de 250 verges= 20,438 ares

1 verge = 8,31 m2

1 fauchée : environ 20 ares ( unité utilisée pour les prés)

* l'Abbé commandataire : en réalité commendataire .Désigne un dignitaire de l'extérieur qui bénéficie des revenus de l'abbaye sans qu'il soit tenu d'en assurer les     charges ni même d'y résider.

* Nonante = 90, octante= 80

* les quetilles : ancien mot vieux français pour les jardins

* Praro : inconnu

 

 Img099

Ajouter un commentaire