VESOUL capitale d'état

création : 19/12/2015

                   VESOUL, CAPITALE D'ETAT (1814)

 

    LA CHUTE DE NAPOLEON 1° ( 1814)

    A la suite de la désastreuse campagne de Russie (1812), La Grande Armée de Napoléon 1° ( plus de 600 000 hommes ) est détruite par d'effroyables pertes causées par les armées de la 6° coalition ( Royaume Uni, Russie, Prusse, Suède, Autriche ) . Seuls quelques dizaines de milliers de combattants en réchappèrent.

Après la campagne d'Allemagne (1813) et la défaite de Leipzig ( octobre 1813), du 3 au 17 janvier1814, les alliés franchirent le Rhin et envahirent la France. Ils occupèrent Vesoul le

3 janvier , Paris le 31 mars .

Le 3 avril, le Sénat vote la déchéance de Napoléon qui abdique à Fontainebleau le 6 avril et il est exilé à l'île d'Elbe

 

    VESOUL CAPITALE

    Le 3 janvier 1814, les alliés arrivent à Vesoul. Le Prince de Schwartzenberg, Maréchal de Camp de l'Empereur d'Autriche y établit son quartier général.

    Alexandre 1°, Empereur de Russie, François 1°, Empereur d'Autriche et Frédéric-Guillaume III, Roi de Prusse décidèrent la création d'un état tampon englobant la Franche Comté, les Vosges, la région de Montbéliard et le canton Porrentruy en Suisse dont Vesoul fut la capitale. Cela revenait à recréer un état genre Lotharingie qui ne ferait plus partie de la France. Il s'agissait d'une principauté,  véritable état autonome sous la tutelle des puissances alliées ayant sa propre administration, ses fonctionnaires et son journal officiel sous la direction d'un gouverneur nommé par les alliés, le Baron d'Andlau.

Cette situation dura du 27 janvier au 8 juin 1814.

 

    Les Bourbons, réfugiés en Angleterre, ayant compris que Napoléon était perdu et qu'il était temps d'agir pour, le retour au pouvoir sollicitèrent du cabinet anglais l'autorisation de se rendre en France.

Le Comte d'Artois, frère de Louis XVI et de Louis XVIII, futur Charles X, débarque près de La Haye le 27 janvier 1814. Ayant appris par ses espions qu'un grand nombre de nobles francomtois étaient partisans des Bourbons, il décida de venir en Franche Comté par Pontarlier. Il arriva à Vesoul le 21 février et s'installa à l'hôtel de la Magdeleine accompagné d'une petite suite. L'hôtel se trouvait à l'entrée du «faubourg bas» ( actuellement Rue Paul Morel).

Le Comte d'Artois s'était installé à Vesoul, alors occupé par les autrichiens, pour plaider la cause des Bourbons au quartier général de l'Empereur d'Autriche Il y fut traité en suspect et retenu quasi prisonnier pendant 3 semaines.

Il reçut la visite de nombreux nobles comtois qui tentèrent, en vain, de lui faire comprendre que le situation avait changé depuis 1789 et qu'on devait en tenir compte . Son idée restera qu'il fallait tout oublier et revenir progressivement à la situation d'avant 1789.

Le baron d'Andlau lui fit comprendre que les alliés n'avaient pas fait la guerre pour remettre un Bourbon, son frère le Comte de Provence, à la tête de la France.

    En effet, les alliés réunis au Congrès de Vienne hésitent entre le Comte de Provence ( futur Louis XVIII) très impopulaire, l' «Aiglon», fils de Napoléon, le Maréchal Bernadotte ( qui était déjà Roi de Suède depuis 1810 ), Eugène de Beauharnais ( fils de Joséphine de Beauharnais, première épouse de Napoléon) ou même éventuellement rétablir la République avec à sa tête un personnage dévoué aux alliés....

Le Comte d'Artois quitta discrètement Vesoul pour Nancy le 16 mars 1814.

C'est Talleyrand qui , représentant la France au Congrès de Vienne, obtint satisfaction et permit la restauration de la royauté avec le Roi Louis XVIII.

    En remerciement pour son séjour , la ville de Vesoul fut officiellement représentée au sacre du Comte d'Artois sous le nom de. Charles X, à Reims le 29 mai 1825.

 

Ajouter un commentaire