VUILLEY de CONFLANS

création: 11/12/2016

                                          

                                        Claude Antoine VUILLEY (1746-1807)

 

     Claude Antoine VUILLEY était avocat et a été juge de paix à Conflans.

     Ce personnage s'est distingué en rachetant le domiane de varigney lors de la vente des " biens nationaux en 1791. Le domaine appartenait à l'abbaye de Clairefontaine depuis le XI° siècle.

     II a aussi été un personnage politique important. Voici quelques moments compliqués de sa vie d'élu.

     En 1789, il est avocat et bailli de St Loup.

     Le 23 mars 1789, il est nommé représentant le Barrois mouvant député à l'assemblée du Barrois afin de se réunir avec les autres bailliages du Barrois.

     Le 10 mai 1790, il est élu membre de l'administration départementale. Il est réélu le 1° septembre 1791.

     C'est un politique modéré,il fait plutôt partie des élus partisans d'un monarchie parlementaire. Par exemple le 25 juin 1791, à la suite de l'arrestation de Louis XVI et de la famille royale après la fuite de Varennes ; il écrit au procureur général syndic : «  La lettre du Directoire qui annonce l'arrestation du roi et de la famille royale m'a mis dans la consternation. J'aime mon roi. Je suis désolé qu'il perde l'amour de son peuple par une évasion inattendue de sa part dans le moment le plus critique... »

     Cette modération lui vaudra des ennuis ultérieurement...

     Le 14 Novembre 1792, il est un des 8 membres élus du directoire du département.Le 13 décembre de la même année ,il est confirmé Juge de Paix à Conflans.

     Suite aux journées d'insurrection de la commune de Paris des 31 mai et 2 juin 1793, il était considéré comme dangereux . Il était qualifié par ses ennemis et en particulier le procureur général Joly comme « l''un des plus violents fédéraliste  et dangereux parce que par ses propos, il cherchait à désigner au peuple ceux des administrateurs qui avaient constamment voté pour reconnaître la Convention »

     Le conseil général du département le mit en demeure le 18 brumaire an II (8 Novembre 1793) de se constituer prisonnier dans les 3 jours sous peine d'être traité comme émigré. Comme il n'avait pas obtempéré, le conseil l'inscrit sur cette liste le 5 frimaire an II ( 25 novembre 1793) et ordonne le séquestre de ses biens.

     Il est soutenu par les comités de surveillance de Conflans, Bourguignon, Meurcourt, Velorcey et la plupart des habitants de Conflans qui attestent « qu'il s'était toujours distingué par son civisme et sa bonne conduite »

     Bassal, envoyé du Comité de Salut Public de Robespierre , le fait rayer de cette liste le 30 pluviose an II ( 18 février 1794) et il est rétabli comme administrateur au conseil général d'où il avait été radié par Bernard de Saintes, lui aussi envoyé du Comité de Salut Public.

     Après la chute de Robespierre, Vuilley, juge de paix à Conflans est élu le 20 vendémiaire an IV ( 12 octobre 1795) député au corps législatif des Cinq-Cents. Il est reconduit le 24 germinal an VII (13 avril 1799 )

Le 2 décembre 1804, Vuilley fait partie des fonctionnaires publics qui assistent à la cérémonie du couronnement de Napoléon 1er.

 

Sources : Bibliothèque Nationale de France

 

 

 

Ajouter un commentaire